Il y a quelques jours, nous vous présentions la vidéo commentée de notre périple consistant à traverser Gap à vélo du Sud au Nord, un parcours semé d’embûches mettant en évidence les incohérences des itinéraires cyclables et les dangers auxquels les cyclistes sont confrontés.

Aujourd’hui nous réitérons cet exercice consistant à rejoindre « Serviolan » à « Tokoro », mais cette fois-ci nous empruntons le bus. Selon l’enquête déplacements effectuée dans le cadre du SCOT, ce mode de transport représente à peine 4 % des déplacements alors même que la gratuité devrait en favoriser l’usage.
Le réseau de bus est principalement utilisé en semaine par les scolaires et les week-ends par les habitants qui ne disposent pas d’autre mode de locomotion. A Gap la majorité des usagers utilise donc les transports en commun par défaut et non par choix.

Et ça se comprend, traverser la ville en bus relève du défi : il a fallu près d’une heure trente à nos complices pour parcourir les 7 kms qui séparent l’arrêt de Serviolan à celui de Tokoro, c’est à peine plus rapide qu’à pied !

Afin de limiter l’impact carbone et désengorger la circulation, l’utilisation des transports en commun ne doit plus être une solution par défaut, mais un choix pratique et rapide au service de tous les Gapençais·e·s.

Ambitions pour Gap souhaite donner au bus toute la place qu’il mérite :

  • en assurant une meilleure cohérence des lignes,
  • en adaptant les horaires aux besoins des usagers y compris pendant les vacances scolaires,
  • en facilitant davantage l’accès aux informations concernant les itinéraires et les horaires,
  • en accentuant le cadencement sur les itinéraires les plus fréquentés,
  • en prenant des mesures incitatives à l’usage des transports en commun,
  • en renouvelant au fur et à mesure le parc des véhicules afin qu’ils polluent moins.