Suite aux épisodes de sécheresse générant des risques de manque d’eau potable, nous pensons que l’alimentation en eau de la ville est la priorité des mois à venir.
L’eau est un besoin vital. Nous ne pouvons plus laisser s’écouler le temps en croisant les doigts et en espérant qu’il pleuve.

Nous devons agir concrètement

Si nous ne le faisons pas, nous risquons un jour d’ouvrir nos robinets et de ne plus rien voir couler. Nous avons déjà frôlé la catastrophe en 2017 et manqué la rupture totale, ce qui aurait été une première nationale. Repousser le problème et ne pas anticiper de réponse, c’est la politique municipale actuelle.

En effet, la municipalité actuelle, après avoir entretenu des rapports conflictuels avec le canal de Gap, n’a de cesse de ralentir les travaux de la Communauté Locale de l’Eau du Drac Amont (CLEDA). Ce syndicat mixte gère les cours d’eau à l’échelle du bassin versant du Drac amont, pilote et planifie les aménagements notamment le projet de prélèvement dans la nappe des Choulières qui permettrait de sécuriser l’alimentation en eau de la ville de Gap.

Ce refus d’anticipation est irresponsable, surtout quand des millions d’euros sont investis à Gap dans des chantiers à but esthétiques donc non prioritaires par rapport à la ressource en eau.

Gouverner c’est prévoir

Gouverner c’est savoir faire des priorités, c’est s’assurer de la santé et de la qualité de vie des habitant·e·s, c’est préparer le territoire aux enjeux de demain. L’argent des Gapençais·es doit être investi en anticipant les besoins et en les adaptant aux réalités déjà constatées, afin de promouvoir l’intérêt commun. C’est pourquoi, l’un des bien primaire et commun qu’est l’eau, et particulièrement la distribution de l’eau potable doit être remunicipalisée et non laissée à des entreprises privées. Aussi la diversification de l’alimentation en eau doit être couplée avec une meilleure gestion de la ressource (aujourd’hui près de 1 million de m3 d’eau sont perdus en fuite dans le réseau de la ville de Gap) en travaillant sur la sobriété de sa consommation, l’amélioration, la récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage et la diversification des systèmes d’irrigation.

L’eau, une priorité de notre futur mandat

Notre territoire ne peut plus rester passif face aux nouvelles vulnérabilités générées par l’urgence climatique et sociale.
Nous ferons donc de l’alimentation en eau potable de la ville l’une des priorités du début de mandat à venir en y investissant enfin les moyens nécessaires. Cette reprise en régie municipale de la distribution de l'eau potable permettra sans surcoût complémentaire de baisser à terme la facture d'eau des Gapençais·es.