Alors que le Conseil communautaire se réunissait pour la première fois de cette nouvelle mandature, nous avons assisté ce lundi 8 juin 2020 à un triste spectacle ressemblant cruellement à un retour dans le passé. Alors que pratiquement 40% des élus qui composent le conseil communautaire sont des femmes, alors que la population de l’agglomération et donc des électeurs est paritaire, alors que chaque jour nous sommes nombreux à militer pour l’égalité femmes-hommes, Roger Didier n’a fait élire qu’une seule femme parmi les 13 vice-présidences désignées ce soir, soit environ 8% de tout l’exécutif.

Nous souhaitons exprimer notre profonde désolation devant une telle régression. Rien ne peut justifier de ne pas avoir proposé à des conseillères communautaires de prendre des responsabilités au sein de l’équipe qui va dessiner le destin de notre territoire pour les 6 ans à venir. Rien ne permet de comprendre que le maire de Gap, président de l’agglomération, puisse estimer que seuls les hommes aient les capacités d’assurer un rôle de vice-président.

Lors de ce conseil, nous avons réaffirmé notre désir de voir naître un fonctionnement plus vertueux de cette assemblée aux nombreuses compétences. Une bonne gouvernance de l’intercommunalité serait de considérer chaque commune, chaque élu de ces communes et donc chaque habitant de l’agglomération. Il en va du bon fonctionnement et du respect de notre démocratie.

Nous avons donc proposé une équipe exécutive qui s'exonère des considérations politiciennes, qui ne s’appuie pas sur un système d’allégeance, mais uniquement sur une mutualisation pertinente de nos moyens. Une gouvernance qui prend en compte les électeurs et leur représentation. Hélas, Roger Didier en imposant ses vues de manière descendante, en maniant la carotte et le bâton a fait plier les réfractaires. Ce système autoritaire daté est à contre-sens de l’avenir de notre démocratie.
Ce système manque de pertinence pour la réalisation d’actions et de projets opérationnels, équilibrés et cohérents pour notre territoire.

En plus de son cumul des mandats qui devrait l’empêcher (maire, vice-président de la région et président de l’agglomération), il aurait été inspiré d’ouvrir la gouvernance de l’agglomération du fait du peu de légitimité qui est la sienne à la suite des élections municipales.L’ensemble des élus en-dehors de Gap représentent 3707 électeurs. Nous en représentons en tant qu’opposition 3281 pour notre équipe Ambitions pour Gap et 1310 pour Gap Autrement soit un total de 8298 voix. Il aurait donc été normal que la liste de Roger Didier qui a rassemblé 5429 voix ne soit pas ultra majoritaire et qu’une gouvernance plus équilibrée soit adoptée. Ça ne sera pas le cas. Nous le regrettons.

En tant que groupe d’élus au sein du conseil communautaire, nous serons durant les 6 ans à venir particulièrement attentifs à la façon dont sera gouverné notre territoire. Nous tenterons de faire avancer tous les sujets qui nous tiennent à cœur et soutiendrons les projets qui vont dans le sens de ce que les électeurs nous ont donné comme mandat. Nous avons 6 ans pour construire l’alternance et changer de système !

Les élu·es d’ « Ambitions pour Gap »