Le bassin gapençais a su créer et développer un milieu culturel riche de nombreux équipements et événements. Pour augmenter cette dynamique culturelle, nous pensons qu’il est nécessaire de permettre à tous les Gapençais·es d’accéder à la culture et cela dès le plus jeune âge. Nous voulons que les associations, les structures, les équipements, les artistes, se sentent soutenus et accompagnés dans leurs initiatives et leurs créations. Pour nous, la culture est un vecteur d’ouverture, de lien social, de développement économique et donc d’emplois locaux et non délocalisables.

Favoriser les connexions entre les acteurs de la vie culturelle

Pour donner à la culture toute la place et l’envergure qu’elle mérite, nous initierons plus de cohésion entre les différents services (office municipal de la culture, comité des fêtes, CMCL, Quattro, conservatoire, médiathèque). Plus largement nous favoriserons « les connexions » entre les acteurs de la vie culturelle. Nous organiserons des rencontres régulières entre les acteurs culturels (associations, La passerelle, services culturels à l’échelle de la ville et de l’intercommunalité) pour que les organisateurs se connaissent, se reconnaissent entre eux et mènent des projets concertés et/ou complémentaires.

S’appuyer sur les associations et les soutenir pleinement

Gap compte de très nombreuses associations, qui interviennent dans des domaines variés dont la culture. Conscients de la richesse qu’apportent les acteurs associatifs à notre ville, nous voulons les soutenir.

Nous proposons de répondre aux besoins de locaux en facilitant la mise à disposition, en soutenant des projets de locaux inter-associatifs. Nous voulons mettre en place une politique de co-construction, où la ville accorde des subventions, écoute les besoins, soutient des coopérations entre les acteurs, porte des projets avec les associations… En bref, nous voulons « faire avec » les acteurs culturels. 

Réciproquement, parce que les associations sont au contact des Gapençais·es au quotidien, nous leur proposerons de participer à la conception des projets municipaux qui les concernent. Cette politique se fera dans le respect de l’indépendance des associations. Nous souhaitons rendre transparentes les attributions de subvention en fixant des critères clairs.

Mettre l'art au cœur de la cité et impliquer des artistes auprès de la population

Pour que l'art fasse partie du quotidien des Gapençais·es, nous proposerons à des artistes soit sur appel à projets, soit en fonction des opportunités (de lieu, d'évènements, de propositions des artistes et/ou collectifs d'artistes eux-mêmes…), la mise en place de parcours de création à travers notamment des temps de résidences. Ces temps de création seront assortis de moyens financiers et/ou logistiques et/ou de mise à disposition de locaux. Ils permettront une ouverture sur les processus de création à travers des moments d'échanges, de médiation, de rencontres en ayant une attention particulière pour les publics dits « empêchés » (EHPAD, centres sociaux, personnes hospitalisées, milieu carcéral, …).

Nous soutiendrons de manière accrue les initiatives des acteurs culturels en place. Nous développerons la présence des œuvres dans notre ville, comme c'est déjà le cas avec “A ciel ouvert…!”. Nous amorçerons de nouvelles possibilités de collaboration avec le Musée Muséum Départemental ou le FRAC (Fond Régional d’Art Contemporain).

Proposer à chacun·e un accès à la culture

Nous soutiendrons fortement les établissements scolaires dans leurs projets et actions culturels pour susciter et développer «  l’envie de culture » dès le plus jeune âge. Nous développerons le soutien à l’éducation artistique. Nous mettrons en place une carte prépayée par la mairie en fonction des revenus de la famille, qui permettra de payer la cotisation à une activité culturelle, d’accéder aux équipements culturels et de bénéficier de tarifs chez des commerçants partenaires.

Les lieux

Nous souhaitons développer et soutenir la culture en nous appuyant sur plusieurs lieux et équipements existants et à créer. Cette nouvelle organisation doit permettre de porter une attention particulière aux formes artistiques et pratiques culturelles émergentes, de moderniser numériquement nos équipements.

Nous voulons pour les centres sociaux proposer une nouvelle vision des pratiques artistiques et sportives, par la création de parcours pluridisciplinaires tout au long de l’année en direction des enfants de 6 à 10 ans, soit seuls, soit dans des activités « parent/enfant ». Ces parcours seront proposés par les équipes de la ville, mais aussi en s'appuyant sur le tissu associatif gapençais et sur des artistes en résidence. Des formations complémentaires seront proposées pour permettre aux équipes municipales de mieux appréhender la médiation culturelle.

Nous créerons autour du CMCL avec la proximité du City Stade et du Skate Park, un espace dédié plus spécialement aux adolescents (11/18 ans) en leur proposant des activités culturelles et artistiques : musique, théâtre, arts graphiques, vidéo, photo… Le CMCL deviendra aussi un lieu d’échange autour de la formation professionnelle et de la santé avec intervention de l’équipe de prévention.

De plus une radio dédiée aux jeunes pourrait être initiée afin de permettre le dialogue, les débats, et de valoriser les activités créées au sein même du CMCL.

Parce qu’ils permettent de développer des projets favorisant le lien intergénérationnel, nous maintiendrons au CMCL les ateliers aujourd’hui ouverts aux adultes.

La rénovation du Carré de l’imprimerie vue du côté culturel

Autour de la chapelle des pénitents et des salles de cinéma, dans l'îlot côté rue du centre, nous créerons une maison des arts visuels en hommage à Achille Mauzan. 

Cette maison permettra également :

  • la découverte des arts graphiques pour tout public,
  • des aides aux pratiques digitales et à la création d’un festival de mapping (fête des lumières de Lyon) sur la période des fêtes de Noël afin de mettre en valeur les bâtiments de la ville,
  • de mettre en avant des graffeurs locaux,
  • des expositions en partenariat avec la maison du graphisme d’Echirolles.

Cette maison pourrait bénéficier d’un espace extérieur en terrasse, lieu d'échanges artistiques et de convivialité, permettant au milieu de la ville d’avoir une vue sur les montagnes.

Nous nous engageons à ne pas interrompre l’exploitation des salles de cinéma du Centre et du Club par un phasage des travaux adaptés.

La médiathèque

L’état de la médiathèque actuelle, le manque d’espaces et la nécessité de protéger des inondations le fonds ancien, nous pousse à initier une réflexion sur cet équipement : rénovation ou création d’une nouvelle médiathèque ?

Si la création d’un nouveau pôle culturel est retenue, ce nouvel équipement accueillera la médiathèque ainsi que des salles d’expositions, d'animations et de conférences. Parallèlement, nous étudierons l’opportunité d’annexes sur différents quartiers. 

La création d’un nouveau pôle culturel devra alors s’accompagner d’une réflexion sur la rénovation de l’actuelle médiathèque. Ce bâtiment pourrait, par exemple, à terme devenir un espace pour les associations.

En concertation avec les Centres sociaux, nous relancerons des actions « hors les murs » : bibliothèques de rue, portage des livres dans les quartiers et les espaces publics.

Nous serons vigilants à la rénovation du Conservatoire à rayonnement départemental afin que les élèves et professeurs puissent pratiquer dans de bonnes conditions.

Nous disposons sur notre commune du Conservatoire Botanique National Alpin, dédié à la connaissance et la préservation de la flore et des végétations des Alpes françaises, c'est une grande chance. Nous nous attacherons à valoriser ce patrimoine scientifique, sa mission d'information et d'éducation du public dans l’objectif d’en faire un pôle touristique en complément du site de Charance (siège du Parc National des Ecrins).

Les évènements

Nous soutiendrons avec force et énergie les projets culturels et les événements d’envergure, tel que le festival de cinéma de montagne.

Nous appuierons les évènements autour des arts de la rue, la valorisation du Conservatoire Botanique ou la création d’une maison des arts visuels (hommage à Achille Mauzan).

Par exemple, nous donnerons au festival « Tous dehors (enfin) ! » les moyens de se développer pour continuer à attirer de nouveaux publics. 

Nous rendrons plus ambitieux et visibles avec les acteurs concernés ces événements bien au-delà des Hautes-Alpes. Ceci par leur mise en valeur et une communication adaptée afin de les rendre encore plus attractifs.

Nous programmerons ces événements tout au long de l’année par un agenda culturel adapté.

Cette programmation d’envergure permettra de dynamiser le commerce et l’économie locale de façon continue. L’investissement culturel sera aussi au service du développement local.

Par exemple, nous développerons les animations culturelles d’été qui profitent à tous les habitants et qui permettent de faire venir les touristes dans la ville.